Chef d’œuvre de l’architecture arabo-musulmane, la Mosquée Hassan II est l’une des plus belles édifications religieuses à travers le monde.

La Mosquée Hassan II est effectivement unique par son architecture et ses dimensions. Avec son minaret qui culmine à 200 m de hauteur et qui est doté d’un laser d’une portée de 30km dirigé vers la Mecque, elle est considérée comme étant le plus haut édifice religieux du monde.

L’idée de construire une grande mosquée à Casablanca traduit la volonté Royale de doter la métropole casablancaise d’un grand monument spirituel et civilisationnel du Maroc, lui assurant un développement urbanistique harmonieux et lui permettant d’accroître son rayonnement fondé sur la foi, la piété et la tolérance.

Feu Sa Majesté Hassan II, que Dieu ait son âme, avait posé la première pierre de cette mosquée le 5 Dou Al Kiida 1406 de l’hégire, correspondant au 11 juillet 1986. Les travaux de construction ont été lancés sous la supervision effective et quotidienne de Feu Sa Majesté Hassan II, qui avait veillé à ce que ce grand édifice reflète les spécificités artistiques de l’architecture marocaine authentique, tout en mettant en exergue son ouverture sur les nouveautés technologiques.

A travers ce chef-d’œuvre architectural, Feu Sa Majesté Hassan II voulait mettre en lumière l’importance et la valeur de la mosquée chez les marocains à travers l’histoire, de même qu’Il voulait démontrer que ce lieu de culte a joué un rôle important dans la promotion de l’art architectural authentique et la préservation du patrimoine civilisationnel d’autant plus que la mosquée Hassan II de Casablanca reflète les grands talents de l’Artisan marocain.

L’édification de cette mosquée sur l’océan atlantique en s’inspirant du verset coranique « le trône de Dieu était sur l’eau » était une idée pionnière qui avait pour but d’inviter les croyants qui se rendent à cette mosquée à se remémorer la grandeur de Dieu qui a créé la mer et le ciel.

La conception de cet œuvre a été le fruit d’une collaboration entre le cabinet de l’architecte français Michelle PINSEAU et des différents corps artisanaux marocains qui ont su créer et faire renaitre par la main de maâlem (maître) la beauté et le cachet splendide de l’architecture marocaine.

Expression de la symbiose entre un Roi et Son peuple, la réalisation de ce monument prestigieux a été financé grâce à la participation de l’ensemble du peuple marocain qui s’est empressé volontairement à l’appel Royal, chacun selon ses moyens et sa générosité.

Ainsi, cet édifice a été inauguré à l’occasion de la célébration par le monde musulman de l’aid al mawlid le 12 Rabii I 1414 de l’hégire, correspondant au 30 août 1993.